Je profite d’un dernier couché de soleil sur les plages du Finistère espagnol.

Le lendemain je rejoins en bus le village de pêcheurs de Muros où un voilier devrait me retrouver afin que j’y embarque comme équipier. Le bateau est parti de la Rochelle il y a quelques jours.

Je décide de ne pas rester à Muros pour dormir, il n’y a pas grand chose et les hébergements ne sont pas bon marché. Je rejoins la ville de Noia, où je passe la nuit. C’est une ville sans intérêt touristique majeur, qui présente l’avantage d’y découvrir la vie espagnole « authentique ».

N’ayant toujours pas de nouvelle du bateau je décide de l’attendre dans un autre petit port que nous avions évoqué, Portosin, qui est situé de l’autre côté de la ría de Noia.

Je reste deux jours là bas, le port est plus accessible qu’à Muros. Dans l’attente de nouvelle, j’en profite pour découvrir les belles plages sauvages de la région.

Les dunes et les landes sont magnifiques, il fait beau et les plages sont désertes en cette saison.

Puis je reçois un SMS de Gérard, le skipper de Naël. Il était trop difficile pour eux de rentrer dans la ría avec le vent, ils ont préféré descendre un peu plus bas vers Vigo pour se réfugier dans une ría mieux protégée. Demain je filerai les retrouver.